vendredi 4 janvier 2019

Punir l'échec

À l'école, lorsque l'on a une mauvaise note, c'est parce que l'on a fait trop d'erreurs. Nous avons fait des erreurs, donc nous sommes punis afin de ne pas en commettre à nouveau la prochaine fois.

Mais il n'y a pas besoin de note ou d'école pour punir l'échec. Par exemple, lors d'une réunion, si quelqu'un prend la parole et dit une stupidité, tout le monde ici présent se moquera de lui : c'est là sa punition. La prochaine fois, il se taira.

Ce n'est là que deux exemples particuliers, mais vous trouverez aisément dans votre vie d'autres exemples plus personnels. Prêtez-y attention. Il ne s'agit pas seulement d'expériences sans conséquences, quoique frustrantes pour la victime, mais bien d'un consentement unanime - et souvent inconscient - dans notre société. L'erreur doit être punie afin qu'elle ne se reproduise plus.

Ceci nous amène à développer la honte de parler en public, de peur de dire des stupidités.
Ceci nous amène à ne pas prendre de risques, même réfléchis, de peur d'échouer.

Et ceci nous conduit petit à petit à l'inaction : on ne se risque à faire que ce que l'on a déjà fait, parce qu'on sait le faire, et on ne parle que de ce que l'on connaît à fond.

Ceci nous conduit à enterrer une vérité évidente et que tout le monde connaît : il n'y a pas de réussite sans échecs.

Pas de réussite sans échecs.


Ce n'est pas seulement que les échecs soient inévitables : c'est surtout qu'il sont nécessaires.
Comment apprendre à marcher sans tomber d'abord? Comment apprendre à faire du vélo sans tomber d'abord? Comment apprendre à conduire sans caler d'abord? En calant le pied s'habitue progressivement à la pédale d'embrayage, jusqu'à la maîtriser tout à fait.

Il s'agit donc d'apprendre à transformer nos échecs en tremplins, et non pas de les rendre plus graves encore en les punissant.
Comment auriez-vous réussi à marcher si dès votre première chute vos parents vous avez maltraité et reposé de force dans une poussette? Au contraire, ils vous ont relevé, vous avez tenté à nouveau et êtes retombé, puis petit à petit vous êtes parvenu à vous relever tout seul : vos chutes étaient devenues des tremplins.

Vous avez été formaté pour punir les erreurs


Le problème, c'est que vous avez été formaté pour punir les erreurs. Celles des autres mais aussi les vôtres. C'est là ce que l'on appelle les remords, les regrets. Après avoir échoué, vous vous en voulez à vous-même. À vrai dire, vous ne vous en voulez pas vraiment, c'est plutôt l'état d'esprit collectif qui est le notre, et qui nous a été enseigné à tous, qui vous fait ressentir une sorte de mal-être.

Il s'agit-là d'un processus d'autodétermination, c'est-à-dire que vous avez la pensée inconsciente de mériter une punition pour cette erreur, et c'est le fait de penser inconsciemment mériter une sanction qui crée la sanction : à savoir le remord.

La clef est la conscience


Ce n'est pas facile de lutter contre de tels schémas mentaux collectifs, mais la principale arme contre cela est la conscience. Si vous prenez conscience que vos remords d'avoir échoué ne viennent pas vraiment de vous, mais qu'ils viennent d'un inconscient collectif qui nous a été inculqué à tous, alors vous trouverez la force de les faire cesser.

Bien-sûr, un tel état d'esprit qui porte à vous en vouloir de vos échecs, reviendra parfois tenter de vous culpabiliser. C'est normal, puisqu'il s'agit d'un état d'esprit collectif. Mais restez conscient qu'il ne s'agit que de vieux schémas par lesquels vous avez -et nous avons tous été formatés.
En restant conscient, vous pourrez voir vos échecs d'une façon lucide. C'est la seule façon de les transformer en tremplins.

Vos erreurs ne sont rien de plus que ce que vous voulez qu'elles soient.

 

Gardez à l'esprit que vos erreurs ne sont rien de plus que ce que vous voulez qu'elles soient. Si vous voulez écouter l'absurdité qui nous dit de les punir, alors se seront des obstacles sur votre route.
Si vous voulez réussir, alors vos erreurs ne seront rien d'autre que des tremplins vers cette réussite.


Je partage

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager et à vous abonner à The Black Sheep le blog.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire